Où sont les auteurs francophones autopubliés ?

Il y a quelques semaines, lulu.com – un des plus gros éditeurs en ligne pour les auteurs autopubliés -annonçait qu’ « à compter du 15 janvier 2013, il ne soumettrait plus les eBooks en français […] aux canaux de distribution de livres numériques en dehors de Lulu.com ». Pour justifier cette décision, Lulu expliquait que « ni les revenus, ni l’intérêt du public envers […] les ouvrages en français ne se sont avérés suffisants pour justifier les coûts opérationnels requis pour vérifier et soumettre ces types de livres numériques aux canaux de distribution. »  Sachant que je perçois l’arrivée du livre numérique comme une révolution proche de celle du livre de poche (qui fête ses 60 ans cette année), cette nouvelle m’a laissé bête (pour ne pas dire autre chose). Un peu comme si, il y a une dizaine d’années, Apple avait dit « Naaah, la musique numérique n’a pas d’avenir ». Pourtant, autant j’ai l’impression qu’il y a un vrai dynamisme et un engouement pour les livres numériques et l’autopublication de l’autre coté de l’Atlantique, ou même, plus près de nous, en Allemagne, autant j’ai l’impression que les auteurs français passent pour l’instant à coté de la plaque. La décision de Lulu va dans ce sens, et un autre élément est venu renforcer cette impression: l’activité sur le forum des auteurs KDP francophones.

Je me suis amusé à compiler les statistiques affichées sur le forum KDP sur le nombre de discussions, de messages publiés, et le nombre de messages publiés par le top 10 des contributeurs. Ces chiffres sont disponibles pour l’ensemble du forum, mais aussi pour chaque section locale à un langage (allemand, français, etc…). Sachant que le KDP n’a pas été disponible dans toutes les langues et tous les pays en même temps, j’ai également noté la date d’ouverture de la première boutique Kindle dans chaque langue, afin de calculer le nombre moyen de nouveaux fils de discussions (threads) et messages postés chaque jour. Le tableau ci-dessous présente les données collectées et les résultats obtenus le 13 mars 2013:

Langue forum KDP Ouverture boutique Kindle Threads Messages Threads par jour Messages par jour
Anglais 11/2007 53375 416188 27,14 211,59
Allemand 04/2011 1629 19293 2,26 26,80
Français 10/2011 897 1877 1,67 3,50
Japonais 11/2012 347 546 2,48 3,90
Italien 12/2011 855 1619 1,80 3,40
Portuguais 12/2012 305 490 2,77 4,45
Espagnol 12/2011 1362 2882 2,86 6,05

L’analyse de ces chiffres confirme que les auteurs francophones sont à la traîne. Quand on regarde le nombre quotidien moyen de nouvelles discussions ou de messages postés, le forum francophone est bon dernier, avant dernier dans le meilleur des cas. Et si ces chiffres sont proches de ceux de pays ou le KDP est arrivé beaucoup plus récemment (Brésil, Japon),  ils sont inférieurs de un ou deux ordres de grandeur comparés aux leaders de ce classement: pour chaque nouveau message publié sur le forum français, il y en a 8 sur le forum allemand, et 70 sur le forum anglais. La comparaison avec ce dernier est injuste car il y a beaucoup plus d’anglophones que de francophones, mais celle avec le forum allemand est beaucoup plus parlante, car le nombre de locuteurs (et donc d’auteurs potentiels) est voisin.

On peut argumenter que ces chiffres ne sont que des moyennes, et qu’il y a peut être beaucoup de spams affectant principalement les forums anglais et allemand. Après  vérification rapide, ça ne semble pas être le cas. Comme sur le forum francophone il y a quelques mois, Amazon semble avoir supprimé à la fois les spams et leurs auteurs.

On pourrait aussi se demander s’il n’y a pas sur chaque site un noyau de contributeurs particulièrement actifs, avec une communauté plus ou moins forte derrière eux. Sur le forum anglophone, le membre le plus actif a publié 14 723 messages, la moyenne du top 10 est de 5 932. Mais sachant que ce forum est actif depuis 2007, et qu’il y a beaucoup plus d’anglophones que de francophones, ces chiffres ne sont pas comparables. Regardons plutot le forum Allemand, créé en avril 2011, seulement 6 mois avant le forum français: son membre le plus actif compte 1250 messages, et le top 10 a une moyenne de 816 messages. À titre de comparaison, je suis en passe de devenir le contributeur le plus important du forum francophone avec 62 messages… Pour rendre les chiffres vraiment comparables, un contributeur du top 10 anglais poste en moyenne 3 messages par jour, dans le top 10 allemand 1.1 message, dans le top 10 français 0.06… Dire que le forum des auteurs KDP francophones est anémique serait en dessous de la vérité.

Finalement, comment expliquer ce manque de dynamisme ? Je ne sais pas. Peut être la concurrence d’autres plateformes ? En France, la FNAC distribue un concurrent du Kindle avec une grosse librairie. Peut être que les auteurs utilisent plutôt cette platforme ? À moins que les français ne soient pas séduits par le livre numérique, même s’ils n’hésitent pas à utiliser massivement Amazon pour commander leurs livres papiers, et que cette dernière ne lésine pas sur le marketing autour de son Kindle. Ou alors, les auteurs francophones autoédités se retrouvent sur un autre forum, plus important que celui du KDP ? Dans ce cas, je ne l’ai pas trouvé. Si vous avez une explication, je suis preneur. Je suis curieux de lire vos commentaires.

8 réflexions au sujet de « Où sont les auteurs francophones autopubliés ? »

  1. nbekblog

    Pour les auteurs, je n’ai pas trop de réponse. En revanche, pour les lecteurs, je peux témoigner que dans ma campagne, je ne connais personne possédant de liseuse. Et les tablettes commencent juste à arriver. De là à ce que les gens s’en servent pour lire, il y a encore un pas je pense. Bref, le livre papier a encore de beaux jours devant lui, encouragé par les éditeurs qui mettent la version numérique plus chère que le format poche (10€ en moyenne contre 6,50€). Pour freiner la démocratisation de l’ebook, on ne peut pas mieux faire!

    Répondre
    1. Nicolas Kapler

      Ce sont des points valides, mais je ne doute pas que l’adoption du livre numérique se fera en France comme elle s’est faite dans des pays un peu plus en avance dans ce domaine. Je comprends également le comportement des éditeurs : avec le livre papier, ils ont un modèle qui les satisfait. Pourquoi en changer ? Du livre numérique, ils voient d’abord les inconvénients (le piratage), et beaucoup ne réalisent peut être pas que s’ils ne se précipitent pas sur ce qui est une niche aujourd’hui, ils seront des acteurs secondaires dans un marché majeur demain. Au final, le prix élevé des ebooks devrait encore plus encourager les auteurs auto-édités, qui ont ainsi la possibilité de vendre moins cher avec des redevances plus élevées. Ce qui me laisse donc toujours autant perplexe face au manque de dynamisme de la communauté auto-publiée 🙂

      Répondre
  2. FJ DeRéthy

    Bonjour. Je pense que la France et les pays francophones en général sont toujours en retard par rapport aux USA ou d’autres pays. Il ne faut pas oublier non plus que plus de personnes lisent l’anglais que le français. Le marché est donc beaucoup plus important.
    Perso, je viens de publier mon premier ebook, car cela fait des mois et des mois que je lis sur le Net les grandes opportunités offertes par l’auto-édition au format Kindle, par exemple. Mais, comme beaucoup le soulignent, dans nos contrées pas mal de personnes ne désirent pas franchir le cap du livre électronique; ils ont beaucoup d’aprioris. Il ne faut pas oublier non plus qu’entre l’Eldorado promis par ceux qui vendent sur le Net des formations à l’auto-publication et la réalité du terrain, il y a une grande différence ! Je le vois moi-même dans mes statistiques de ventes ! Il y a donc beaucoup de déçus. Il est certes facile de publier son ebook mais BEAUCOUP plus difficile de trouver son public ! Il ne suffit malheureusement pas d’un bon titre ou d’une belle couverture comme trop de « spécialistes » veulent le faire croire. Il reste que peu de personnes osent acheter le livre d’un parfait inconnu !!! Tout cela contribue donc au fait que le dynamisme du début commence à s’essouffler… Alors l’avenir sera-t-il plus rose d’ici quelque temps ? Wait and see !

    Répondre
    1. Nicolas Kapler

      FJ, Il est vrai que le nombre d’anglophones est plus important que celui des francophones, mais ce n’est pas le seul facteur. Cet article sur le salon du livre de Paris souligne que

      les livres numérisés, qui ont grappillé 15 % du marché outre-Atlantique, 8 % au Royaume-Uni, représentent à peine 2 % du marché français. Soit « 0,6 % du chiffre d’affaires total de l’édition

      . Si on voit la bouteille à moitié pleine, on considèrera que ce n’est pas un créneau très lucratif pour l’instant (contrairement à ce que certains font miroiter). À l’inverse, on peut considérer que le marché est un peu en retard par rapport aux US, mais qu’il va suivre la même progression, et que ceux qui se positionneront sur ce marché à ses tout début auront un vrai avantage sur les autres par la suite. D’ici là, comme tu le dis, « wait and see ! »

      Répondre
  3. Pierre Bougie

    (j’avais laissé le commentaire suivant sur l’ancienne adresse… avant de lire que tu avais déménagé:)

    Salut Nicolas,

    Je viens de découvrir ton carnet par l’article ci-haut, en cherchant sur Google des forums pour auteurs francophones… Bien que je ne l’aie pas encore parcouru dans son ensemble, je suis ravi par ma découverte!

    Je suis moi aussi auteur (québécois) auto-publié et j’ai fouillé Internet de fond en comble pour enfin me rabattre sur Smashwords.com, où les redevances sur les livres numériques offerts sur leur site sont à 85%. Ce qui n’empêche pas mon livre de se retrouver sur la boutique Kindle, que j’aime bien aussi. Qui n’aimerait pas être distribué de par le monde (presque) entier!

    Pour aider les auteurs francophones, nous avons lancé un site: http://www.autoeditiongratuite.org/ où nous offrons des renseignements sur tous les aspects de l’autoédition (numérique ET papier). Le site est tout jeune et encore incomplet. Je me suis adjoint l’aide d’une auteure française (Agnès Rabotin) pour superviser les liens avec les sites francophones européens, Je serais très content que l’on puisse faire un échange se liens entre nos sites et je mettrai le tien dès que tu m’en donnes la permission.

    Merci de considérer mon offre et de venir laisser un commentaire sur autoeditiongratuite.org! 🙂

    Pierre

    Répondre
    1. Nicolas Kapler Auteur de l’article

      Bonjour Pierre, et merci pour tes commentaires. http://www.autoeditiongratuite.org a l’air très prometteur, et je suis particulièrement content qu’il soit lancé par un compatriote (je suis au Québec moi aussi). Je n’ai pas encore de page dédié aux échanges de lien, mais je vais tâcher d’en rajouter une sans trop tarder !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *