Archives par étiquette : Kindle direct publishing

Comment utiliser du HTML dans la description d’un livre publié avec le KDP ?

!!! Attention !!! Depuis octobre 2013, Amazon bloque l’insertion d’images, vidéos, ou JavaScripts dans la description des livres

Vous avez probablement déjà croisé sur Amazon des livres dont la description n’est pas un simple paragraphe, mais utilise couleurs, gras, italique, listes numérotées, etc. C’est le cas, par exemple, de « Booster ses ventes sur Kindle ». Cette mise en page est possible grâce à l’utilisation de HTML. Le HTML consiste en des balises positionnées avant et après un fragment de texte à mettre en forme. Par exemple, « <i>italique</i> » s’affiche « italique« , « <i><b>gras et italique</b></i> » s’affiche « gras et italique« . L’utilisation de ces balises peut rendre votre description plus séduisante, et inciter davantage de lecteurs à acheter votre livre. Voici trois méthodes pour mettre en page votre description, selon que vous ne connaissez rien au HTML, que vous êtes un peu familier avec ce langage, ou que vous être un vrai bidouilleur souhaitant exploiter toutes les possibilités du HTML.
Continuer la lecture

Comment mesurer le nombre de visiteurs sur la page Amazon d’un livre avec Google Analytics ?

!!! Attention !!! Depuis octobre 2013, Amazon bloque l’insertion de JavaScripts dans la description des livres, la technique ci-dessous ne fonctionne donc plus

Grâce au KDP, votre livre est enfin sur les étagères d’Amazon. Mais vos ventes sont décevantes et vous ne savez pas quelle est la source du problème. Vous avez identifié plusieurs explications possibles, mais impossible de savoir si le problème vient de ce que vos lecteurs potentiels n’ont pas trouvé votre livre sur Amazon, ou s’ils l’ont trouvé mais n’ont pas été séduits par sa description ou son extrait. Si Amazon donnait le nombre de visites quotidiennes sur la page de votre livre, vous pourriez décider si vos efforts doivent se concentrer sur sa visibilité, ou sur sa présentation. Mais Amazon — comme à son habitude — reste opaque et vous laisse jouer au devin. Trépignez ! Il est possible de mesurer le nombre de visiteurs sur une page Amazon à l’aide d’un outil de Google : Google Analytics.
Continuer la lecture

À quelle fréquence le rapport de ventes du KDP est-il mis à jour?

Votre livre est en ligne dans la boutique Kindle, et vous ne pouvez vous empêcher de rafraîchir frénétiquement la page du rapport de ventes KDP dans l’espoir de voir augmenter le compteur des ventes. Mais rien ne bouge. Incapable de penser à autre chose, vous allez faire un tour pour vous éloigner de cette maudite machine et revenez quelques heures plus tard. Toujours rien. Désespéré vous cliquez une dernière fois sur « Rafraîchir », et voilà ! trois nouvelles ventes apparaissent. Le doute s’immisce : « Le rapport du Kindle Direct Publishing reflète-t-il vraiment les ventes en temps réel ? Et si ce n’est pas le cas, à quelle fréquence est-il rafraîchi ? »

La réponse tout de suite : oui, le rapport du KDP reflète bien les ventes en temps réel.

D’ou vient cette certitude ? D’une expérimentation. Au cours d’une promotion gratuite pour « Booster ses ventes sur Kindle », j’ai noté plusieurs fois par jours le nombre de téléchargements. 95 téléchargements ont eu lieu tout au cours d’un weekend, à chaque vérification les compteurs avaient été mis à jour.

Vous me ferez  remarquer que rien ne prouve que l’augmentation du nombre de ventes inclue les derniers achats. C’est vrai, mais j’ai également profité de cette promotions pour faire deux achats avec mes comptes Amazon.  Avant chaque achat, j’ai noté le nombre de ventes, et l’ai vérifié immédiatement après. Dans les deux cas, le nombre de téléchargements avait augmenté d’un exemplaire.

Ce n’est pas une preuve irréfutable, mais comme Amazon ne donne pas d’information à ce sujet, c’est la meilleure que j’ai trouvée. Et puis de toute manière, est-ce vraiment important ? Est ce qu’on ne devrait pas être capable d’oublier les rapports de ventes, et de ne les consulter que de temps en temps ? Une fois par mois par exemple ? Impossible, je sais 🙂 Alors autant être certain qu’un rapport n’affichant aucune vente signifie qu’il n’y en a vraiment eu aucune, et passer à autre chose. Pour travailler sur notre prochain livre par exemple…

Comment résoudre une erreur de téléchargement lors de la publication d’un livre avec le KDP ?

Il y a quelques jours, lors de la publication de « Booster ses ventes sur Kindle », je me suis heurté à un problème très agaçant : le portail KDP refusait systématiquement l’ebook que j’essayais de télécharger. À chaque tentative, la même réponse : « Une erreur s’est produite pendant le traitement de votre fichier. Cette erreur peut être due à un format de fichier non pris en charge ou incorrect. Essayez de télécharger votre livre dans un autre format« .

KDP erreur conversion

Erreur de téléchargement affichée par le portail KDP

Merci Amazon pour l’inutilité de ce message. Comme s’il était évident que j’aie sous la main différents formats de fichier pour mon livre, comme s’il n’était pas déjà assez pénible d’en avoir correctement formaté un. Et puis surtout, le fichier que j’essayais d’envoyer à Amazon était un « .mobi », le format propritétaire d’Amazon, généré à partir d’un epub avec l’outil KindleGen d’Amazon… Un ebook que j’avais testé auparavant avec l’application Kindle d’Amazon et sur mon propre Amazon Kindle pour m’assurer qu’il était correctement formaté et lisible. Je me sentais donc très confiant et dans mon bon droit. Et pourtant, le portail KDP s’entêtait à refuser mon livre.

Je passerai sur la frustration, les cris, les hurlements, les pleurs, les malédictions, les poupées vaudou à l’effigie de Jeff Bezos (le PDG d’Amazon) qui ne changèrent rien au verdict du portail KDP : « Non, ce livre je ne prendrai point« .

En désespoir de cause, je finis par envisager l’inenvisageable : peut être qu’une mise à jour de l’outil de conversion KindleGen existait, et peut être que cette version plus récente me dirait ce qui n’allait pas. De toute manière, c’était ça ou éventrer un mouton pour lire dans ses entrailles, et j’étais à court de moutons. Ma version de Kindlegen était la 2.7, la version la plus récente était la 2.8. Inutile de mentionner que j’avais peu d’espoir. Et pourtant, Ô miracle, lorsque pour la énième fois je convertissai mon epub en mobi, mais avec la version 2.8 de KindleGen, Boom ! Un message d’erreur avec une explication claire de la source du problème :

kindlegen erreur multiples titres

Kindlegen pointait du doigt l’erreur : les métadonnées de mon fichier epub mentionnaient deux fois le titre. Après correction, fini les problèmes de téléchargement, le portail KDP était aussi heureux que moi  (ce qui n’est pas peu dire) !

C’était une situation très particulière, et il est peu probable que beaucoup d’autres auteurs y soient confrontés. Mais j’imagine que le message d’erreur affiché par le portail KDP lors du téléchargement n’est pas propre à la validation des fichiers mobi, qu’il peut se présenter lors de la conversion d’un fichier word, d’un PDF, ou de n’importe quel format de fichier supporté par le KDP. J’imagine aussi que l’outil KindleGen est celui qu’utilise Amazon pour ses conversions. Mon conseil donc, à tous ceux qui se heurteraient à ce problème : téléchargez Kindlegen (qui est disponible pour Windows, Mac et Linux), utilisez le pour convertir votre fichier, et analysez les erreurs et les warnings affichés. Il y a fort à parier que vous y trouverez la source de vos maux.

Comment vendre un ebook Kindle 0.99€ avec 70% de redevance ?

Si vous avez déjà publié avec le KDP d’amazon, vous avez été confronté à ce choix cornélien : 35% ou 70% de redevance ? Ceux qui n’ont jamais utilisé le KDP ne voient probablement pas la partie cornélienne du choix : entre 35% de revenus et 70%, il faudrait être stupide pour ne pas prendre  le maximum.

Seulement voilà, pour bénéficier de la redevance à 70%, il faut que le prix du livre se situe entre 2.60€ et 9.70€  sur amazon.fr, et entre 2.99$ et 9.99$ sur amazon.com. Et aussi petits 2.60€ puissent paraître, ça peut sembler beaucoup quand on hésite à acheter un premier livre d’un auteur auto-édité inconnu. Tenant compte de ces situations, Amazon autorise donc des prix inférieurs – 0.86€ ou 0.99$ au minimum – pour permettre ainsi à un auteur de se faire connaître avant qu’il puisse hausser ses tarifs. Mais dès qu’un livre passe en dessous de la barre des 2.60€, la redevance chute à 35%. Le prix de vente étant déjà bas, ça ne fait vraiment pas grand chose dans  la poche de l’auteur…

Heureusement, il existe une méthode permettant de vendre un livre à moins de 2.60€ tout en bénéficiant d’une redevance supérieure à 35%. Cette technique suppose que votre livre n’est pas inscrit au programme KDP Select, et s’appuie sur deux points de la page de tarifs des conditions générales du KDP:

En pratique, qu’est ce que cela signifie ? Que si, par exemple, vous choisissez une redevance à 35% et spécifiez un prix KDP de 1.99€ tout en distribuant votre livre chez un concurrent pour 0.99€, Amazon alignera son prix de vente sur 0.99€ mais continuera de vous verser 35% x 1.99€ = 0.70€. Par rapport au prix de vente réel, votre redevance sera donc de 70% !

Vous vous demandez sans doute comment obtenir cet alignement de prix. Il se fait de deux manières:

  • un « crawler » d’Amazon (un de ses programmes de recherche web) détecte une version moins chère du livre sur un site concurrent, et l’ajustement se fait automatiquement.
  • ou un utilisateur signale à Amazon un prix concurrent moins élevé. Ce signalement  se fait depuis la page Amazon du livre, en cliquant sur le lien « nous signaler un prix inférieur » dans la section « Détails sur le produit », comme dans la capture d’écran ci-dessous:
    amazon - signaler un prix inférieur

Cette technique vous donne aussi un autre avantage: votre livre est affiché par Amazon comme en réduction, ce qui est une méthode de marketing vieille comme le monde pour accroître les ventes. Dans la capture d’écran ci-dessous, par exemple, ma nouvelle érotique Emporium est affichée avec à 0.99€ avec 35% de rabais sur le prix conseillé de 1.49€:

emporium-rabais

Il y a toutefois certaines limites à cette méthode. Si, par exemple, votre livre est distribué gratuitement sur d’autres canaux, Amazon ne va pas le distribuer gratuitement tout en vous versant une redevance : « Si nous nous alignons sur une promotion gratuite pour un Livre Numérique sur un autre canal de vente, votre Redevance pendant toute la durée de ladite promotion sera de zéro. » D’autre part, vous pouvez choisir un prix de 2.59€ et utiliser ce mécanisme pour que le prix réel soit de 0.86€, Amazon se retrouverait alors à vous verser plus d’argent qu’elle n’en encaisse : 0.90€ de redevance contre 0.86€ comme prix de vente. Peu convaincu de la générosité d’Amazon, je doute donc que l’alignement soit systématique. Dans mon expérience, j’ai pu aller jusqu’à 2,60 euros comme prix conseillé KDP, avec un prix concurrent de 0,99 euro, et l’alignement a eu lieu. Pour trois des quatre titres que j’ai publiés en tout cas. Pour le quatrième, récemment retiré du programme KDP Select, les multiples signalements de prix inférieur au cours des 3 dernières semaines n’ont pour l’instant rien donné. Également, il est difficile de dire quel est le délai avant qu’Amazon procède à un alignement de prix, ni quelles sont les conditions pour que cet ajustement ait lieu.

Au final, il reste que si votre livre est vendu au prix minimum et que vous appliquez cette méthode, vous augmenterez à coup sur vos revenus sans augmenter votre volume de ventes ni votre prix pour autant !